smart living building

Depuis début 2016, le site de blueFACTORY à Fribourg accueille le smart living lab, qui verra la construction de son propre bâtiment sur le même site en 2020. Dans l’attente du bâtiment final, les équipes de recherche occupent des locaux de blueFACTORY dans la Halle bleue.

Le bâtiment avant-gardiste que les chercheurs sont en train de concevoir s’appellera le smart living building et sera à la fois une construction durable et un bâtiment évolutif. Composé de laboratoires, de salles de cours et de bureaux pour une centaine de chercheurs, il proposera également des logements expérimentaux où par exemple le confort des habitants sera mesuré en temps réel.

Dans ce contexte d’utilisations multiples, il deviendra lui-même un terrain d’étude, pour trouver des solutions permettant d’également réduire la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre qui en résultent.Un bâtiment en phase avec les objectifs environnementaux de la Suisse
Le Conseil fédéral a affirmé sa volonté de passer à une société à 2000 watts d’ici 2150, avec une étape intermédiaire à 3500 watts en 2050. Pour permettre au smart living building d’atteindre cet objectif, un programme de recherche interdisciplinaire financé par le canton de Fribourg et par l’EPFL a été mis en place.

Sous la responsabilité du groupe de recherche Building 2050, une trentaine de chercheurs issus de l’EPFL, de la HEIA-FR et de l’UNIFR s’impliquent dans cette mission passionnante : concevoir un bâtiment modèle pour le futur.

En plaçant au centre de la recherche les questions d’énergie et de confort, ainsi que la qualité architecturale, les chercheurs ont identifié des organes vitaux sur lesquels travailler :

            1.        l’usager, pour qui le bâtiment est construit

            2.        l’enveloppe du bâtiment

            3.        la production et transformation in situ d’énergie

            4.        le stockage de l’énergie

            5.        la connexion avec la mobilité

Véritable centre d’excellence intégré dans la ville et dans l’évolution de la société, le smart living building permettra d’expérimenter un mode de vie avec 30 ans d’avance sur son temps.

Workshop international à Gruyères
Des actions concrètes sont mises en œuvre pour s’assurer que les résultats de la recherche préalable seront bien concrétisés lors de la conception et la construction du smart living building. Le groupe de recherche met dès lors un point d’honneur à confronter les résultats de ses réflexions à la réalité du terrain. Pour ce faire, des événements favorisant la rencontre et le débat avec des experts/es du bâtiment sont organisés. Ainsi, les 5 et 6 octobre 2016, une palette internationale de vingt experts issus des milieux académiques et économiques, ainsi qu’une quinzaine de membres du smart living lab, se sont réunis à Gruyères autour des travaux de recherche qui aboutiront à la construction du smart living building.

L’objectif principal du workshop était de valider et consolider les derniers 18 mois de travaux, par les apports d’une communauté scientifique internationale, en vue de la transition vers la phase opérationnelle en 2017.

Analyse des travaux de recherche
Les équipes multidisciplinaires de spécialistes se sont penchées sur les axes de recherche Building 2050, soit :

  • une méthodologie d’aide à la conception pour gérer un budget limité de carbone et d’énergie,
  • l’étude du confort ressenti dans divers scénarios de composition de façade (inertie thermique, éclairage, ventilation),
  • l’optimisation du rapport entre la disponibilité des énergies vertes et la demande énergétique du bâtiment,
  • une limitation de la quantité de matériaux dans l’aménagement des espaces de travail,
  • la mise en place d’un processus décisionnel adapté à ce type de projet expérimental.

Recommandations pour la suite du programme
Les experts ont insisté sur l’importance de placer l’utilisateur au centre de tous les choix relatifs au bâtiment, en veillant à proposer un processus décisionnel simple. Plutôt qu’une densification des surfaces de bureaux, une spécialisation des espaces selon le type d’activité est à privilégier. Les logements du smart living building permettront de poursuivre des recherches novatrices dans la mesure où ils feront preuve de flexibilité et d’adaptabilité, et le type de population résidente sera déterminé par les expérimentations à réaliser dans ces habitations.

Dans l’ensemble, les experts ont salué l’originalité et l’exhaustivité des travaux de cette recherche et ont permis de mettre en lumière des axes d’études complémentaires à explorer.

Ces travaux de recherche, étoffés par les résultats des workshops de 2015, 2016 et bientôt de 2017, réunissant des professionnels et experts internationaux du secteur de la construction, définiront le cahier des charges pour les futurs concepteurs du smart living building. En 2017, le projet entrera donc dans sa phase opérationnelle, à savoir définir le cahier des charges et lancer l’appel d’offre. Le bâtiment est prévu pour 2020.

smart living lab : un centre de recherche et développement dédié à l’habitat du futur

logos partenaires

Copyright 2015 © smart living lab